Projekt Queer Refugees Deutschland

Trans+

Guide pour les personnes trans+ récemment immigrées et réfugiées

 

Que peux-tu apprendre dans ce guide ?

  • Ce que transsexuel, transgenre, trans+ et autres termes signifient
  • Qu’en tant que personne trans+ tu es protégée par les lois en Allemagne et de quelle manière
  • Comment tu peux faire face à la discrimination
  • Comment tu peux changer ton prénom et ton état civil
  • Les possibilités qui existent pour adapter ton corps à ton « vrai » sexe
  • Où tu peux trouver un soutien et de l’aide
  • Où tu peux rencontrer des personnes trans+

Le texte est une version abrégée et légèrement adaptée de « Trans* Geflüchtete Willkommen – Ein Ratgeber für neu zugewanderte und geflüchtete trans* Menschen » (« Bienvenue aux réfugié·e·s trans+ – Un guide pour les personnes trans+ récemment immigrées et refugiées »). Nous remercions les auteur·e·s Freddie* Heithoff et Mika Schäfer ainsi que l’association rubicon e.V. et le Netzwerk Geschlechtliche Vielfalt Trans* NRW e.V., qui ont élaboré les textes et les ont mis à la disposition de la LSVD (Fédération Allemande des Lesbiennes et Gays).

Si tu recherches des informations détaillées sur la procédure d’asile, tu les trouveras sous forme de guide dans la rubrique Petit Guide ou sous forme de films explicatifs dans la rubrique Vidéo.

 

  1. Définitions de trans+ et autres termes importants

La façon dont tu te définis est ta propre décision. Il est possible que l’un des termes suivants te semble approprié pour toi, mais ce n’est pas forcément le cas.

Transsexuel/ transidentitaire/ transgenre

Lorsqu’un enfant naît, certains organes sexuels (vagin ou pénis) sont utilisés pour décider si l’enfant doit grandir en tant que fille ou garçon. De nombreuses personnes constatent dès l’enfance que cela ne leur convient pas. Si une personne décide de ne plus vouloir vivre avec le sexe qui lui a été attribué à la naissance, il existe différentes possibilités permettant de vivre avec un autre sexe. Nous expliquons ces possibilités dans cette brochure. Les personnes qui vivent ou qui veulent vivre avec un sexe différent de celui déterminé à la naissance se définissent souvent comme transsexuelles, transidentitaires ou transgenres.

Femme trans+

Une personne qui a été définie comme étant de sexe masculin à la naissance, mais qui se sent et vit désormais en tant que femme.

Homme trans+

Une personne qui a été définie comme étant de sexe féminin à la naissance, mais qui se sent et vit désormais en tant qu’homme.

Non-binaire / non-binary / NB / Enby 

L’idée qu’il n’y a que deux sexes : homme et femme prévaut dans la société. En fait, cependant, il y a beaucoup plus de deux sexes. Les personnes qui ne se définissent pas de manière univoque ou non exclusivement en tant qu’homme ou que femme se décrivent comme non-binaires. Ces personnes peuvent se présenter comme « ni ni », « les deux à la fois », « entre les deux », « sans » ou « avec n’importe quel sexe ».

Trans+, personne trans+

Toutes les personnes qui ne se sentent pas comme appartenant au sexe déterminé à la naissance peuvent être désignées par le terme trans+. Le plus (+) ou l’astérisque (*) en allemand est un espace réservé pour les autodéfinitions telles que transgenre, transidentitaire, non binaire. Cela montre qu’il existe d’innombrables identités de genre dans ce terme. Les personnes qui se sentent appartenir au sexe qui a été documenté pour elles à la naissance sont désignées par le terme « cis ».

Transition

Nous désignons par le terme transition le passage à un autre sexe, à savoir par exemple de l’homme à la femme, ou le rapprochement des caractéristiques externes au « vrai » sexe ressenti. Il existe plusieurs possibilités pour s’assimiler à un autre sexe. À titre d’exemple, tu peux choisir un nouveau prénom qui te convient bien et en parler à d’autres personnes. Tu peux également faire modifier officiellement ton prénom et ton état civil : le nom et le sexe avec lesquels tu te sens le mieux seront alors inscrits sur ta pièce d’identité. Par ailleurs, tu as la possibilité d’adapter ton aspect extérieur à ton « vrai sexe ». Tu aimerais peut-être commencer un traitement hormonal, adapter ton corps par le biais d’opérations chirurgicales ou porter des vêtements, etc. d’un autre sexe. Nous t’expliquons dans cette brochure les possibilités qui existent et comment tu peux les mettre en œuvre. Chaque personne décide elle-même des mesures qu’elle veut prendre. Tu n’es pas obligé·e de prendre des hormones ou de te faire opérer pour être toi-même. Toi seul·e décides ce qui est le mieux pour toi !

Passing

La plupart des personnes veulent être reconnues comme appartenant au sexe dans lequel elles se sentent à l’aise. Cela signifie que si tu te sens comme un homme (et donc que tu es un homme), tu souhaiterais probablement aussi que d’autres personnes te voient et s’adressent à toi ainsi : tu aimerais avoir un bon passing. Un traitement hormonal et/ou une opération chirurgicale sont utiles, mais non nécessaires. Le port de vêtements correspondants a également un fort impact sur ton passing. Tu remarques par toi-même si tu es satisfait·e de ton passing et quelles mesures tu souhaites prendre pour changer ton passing.

Coming-out

Il existe deux types de coming-out : l’intérieur et l’extérieur. Si tu te rends compte toi-même que ton identité de genre ne correspond pas au sexe qui a été déterminé à ta naissance, cela s’appelle le « coming-out intérieur ». Le coming-out intérieur peut durer longtemps et ne se fait pas du jour au lendemain. Si tu décides d’en parler à ta famille, à tes ami·e·s ou à d’autres personnes, cela s’appelle un « coming out extérieur ». Il existe de nombreuses personnes qui n’ont pas de coming-out extérieur ou qui n’en parlent qu’à très peu de gens, notamment lorsqu’être trans+ est interdit dans leur pays. Tu n’es pas obligé·e de parler de tes sentiments. Mais parfois il peut être utile de s’ouvrir à certaines personnes, d’échanger des idées avec elles ou de leur demander conseil.

Pronoms

Les pronoms sont des éléments de langage qui se rapportent aux personnes et donnent une indication de leur sexe. En français, il s’agit par exemple de « il » ou « elle » (en allemand « er » ou « sie »). Si tu choisis de vivre ouvertement dans un sexe différent, tu peux également souhaiter que les autres personnes s’adressent à toi de cette façon. Ainsi, la plupart des femmes trans+ choisissent le pronom « elle », les hommes trans+ surtout le pronom « il ». Malheureusement, il n’y a toujours pas de pronom officiel en allemand pour les personnes qui ne sont ni des femmes ni des hommes, c’est-à-dire non-binaires. En conséquence, les personnes non-binaires recherchent souvent d’autres options et développent leurs propres pronoms allemand tels que « sier », er*sie » ou « nin ». Certains utilisent également leurs prénoms comme pronoms. Il peut être très blessant pour les gens d’utiliser le mauvais pronom pour eux. Nous ne pouvons pas savoir sous quel genre les personnes se définissent. Il est donc bon de demander aux gens quel pronom ils préfèrent.

LGBTIQ+

Ces lettres représentent les initiales de lesbienne, gay, bisexuel·e, trans+, inter+ et queer. Ces groupes de personnes sont souvent regroupés sous la même désignation car il existe des mouvements et des offres communs. Cependant, les termes signifient différentes choses : l’homosexualité et la bisexualité sont des orientations sexuelles (à savoir : Qui j’aime ? Par qui suis-je attiré·e ?). Les personnes inter+ ont des corps qui ne correspondent pas exclusivement à la notion largement répandue de « femme » ou « homme ». Les personnes trans+ peuvent être hétérosexuelles, lesbiennes, gays ou bisexuelles. Elles peuvent également être inter+.

Queer

Le terme queer est souvent utilisé comme terme générique pour les personnes qui ne veulent pas se classer dans une catégorie ou qui divergent d’une norme sociale. À titre d’exemple, les personnes qui ne se définissent pas comme un homme ou une femme peuvent considérer que le terme trans+ ne leur convient pas non plus. De même, les personnes de différentes orientations sexuelles se retrouvent également dans cette définition.

Identité de genre

Ton identité de genre signifie que tu sens, respectivement t’identifie, comme une femme, un homme ou comme non-binaire. L’identité de genre est synonyme de ce qui se passe à l’intérieur de toi et qui peut se développer indépendamment de ce que tu montres à l’extérieur.

Orientation sexuelle

L’orientation sexuelle décrit le genre que tu trouves attrayant. Cela peut être à un niveau romantique et/ou sexuel. Ton orientation sexuelle et ton identité de genre sont indépendantes l’une de l’autre. Par conséquent, si tu décides que tu souhaites vivre en tant qu’homme via une transition et que tu as aimé ou désiré des hommes auparavant, tu peux toujours le faire en tant qu’homme trans+. Ou à l’inverse, si tu as aimé ou désiré des femmes auparavant, tu peux continuer à le faire après la transition. Le fait que tu sois gay, lesbienne, bisexuel·le, hétérosexuel·le ou autre n’a rien à avoir avec ton sexe. En conséquence, ton orientation sexuelle ne se modifie pas nécessairement avec la transition. Mais elle peut changer. Les deux sont parfaitement OK.

Rôles dévolues aux genres

Les rôles de genre sont façonnés par la société. Cela signifie que, par exemple, dans une société, un garçon devrait jouer avec des voitures et une fille avec des poupées. Même si cela a changé dans de nombreux domaines en Allemagne aujourd’hui, il arrive encore souvent que certains intérêts ou caractéristiques soient attribués à un sexe. La personne doit souvent remplir cette condition pour être acceptée par la société. Le genre lui-même – tout comme le rôle du genre – est donc façonné par la société. Tout d’abord, les enfants apprennent que leur sexe doit être exactement celui qui a été déterminé par les médecins à la naissance. Toutefois, les gens peuvent être différents et se comporter différemment de ce que l’on attend d’eux. Ainsi, le fait qu’un enfant naisse avec un pénis ne signifie pas qu’il doit vivre comme un garçon, mais qu’il peut décider au cours de sa vie s’il veut vivre comme une femme, un homme ou une personne non-binaire et comment il exprime son genre.

Intersexualité, intersexuel, inter+

Si une personne ne peut pas être clairement classée dans la catégorie de fille ou de garçon à la naissance parce qu’elle ne présente pas les caractéristiques de genre typiques, mais est « entre les sexes », on parle d’intersexualité. À titre d’exemple, un enfant peut naître avec un vagin et des testicules internes. Certaines personnes inter+ ne réalisent qu’à la puberté que leur corps ne se développe pas comme celui des autres enfants, par exemple lorsque des poils poussent sur le visage d’une fille. Les personnes peuvent aussi être inter+ sans jamais le savoir. Comme toutes les autres personnes, les personnes inter+ peuvent vivre et se définir comme des hommes, des femmes ou comme non-binaires. De nombreuses personnes inter+ sont souvent opérées pendant leur enfance sans leur consentement afin de produire des caractéristiques de genre « clairement féminines » ou « clairement masculines ». Cette brochure n’est pas spécifiquement destinée aux personnes inter+. Cependant, certains sujets sont également pertinents pour vous et bien sûr, vous pouvez également contacter les centres de conseil si vous avez des questions (voir section 4).

 

  1. Discrimination

La discrimination signifie qu’une personne est traitée différemment ou plus mal que les autres en raison, par exemple, de la couleur de sa peau ou de son sexe.

Loi anti-discrimination

En Allemagne, les lois te protègent contre la discrimination en tant que personne transsexuelle/transidentitaire.

La Loi Fondamentale (« Grundgesetz » en allemand) est la constitution de la République Fédérale d’Allemagne et la loi la plus importante et la loi suprême en Allemagne. La loi fondamentale de la République Fédérale d’Allemagne stipule que l’État ne peut discriminer ni favoriser quiconque en raison de son sexe ou de son origine (Article 3 LF).

La Loi Générale sur l’Égalité de Traitement (« Allgemeines Gleichbehandlungsgesetz » ou AGG) est par ailleurs applicable. Elle interdit que les gens fassent l’objet de discrimination pour les raisons suivantes :

  • Religion ou convictions
  • Handicap ou maladie chronique
  • Âge
  • Origine ou couleur de la peau
  • Sexe
  • Orientation sexuelle

Il existe diverses raisons pour lesquelles les gens sont victimes de discrimination par d’autres. Pour nous, les points « origine et couleur de peau » et « sexe » sont particulièrement importants dans cette brochure. Car la loi stipule que les gens doivent être traités sur un pied d’égalité, qu’ils soient originaires d’Allemagne ou, par exemple, d’Afghanistan, de Bulgarie, de Chine ou d’un autre pays. De même les personnes trans+ ne doivent pas être traitées différemment ou plus mal que les autres.

La Loi Générale sur l’Égalité de Traitement s’applique avant tout dans la vie professionnelle et dans divers domaines de la vie quotidienne. Ainsi, à titre d’exemple, il est interdit de rejeter une femme musulmane lors d’un entretien parce qu’elle porte un foulard. Il est également interdit de ne pas louer un appartement à des personnes en raison de leur origine, ou de ne pas servir quelqu’un dans un restaurant parce qu’il ou elle est trans+.

Tu peux découvrir ici dans huit différentes langues dans quels domaines exactement tu bénéfices d’une protection légale :

Agence fédérale de l’anti-discrimination

Transphobie / Transhostilité

Les termes transphobie et transhostilité font référence aux préjugés, attitudes négatives ou agressions envers les personnes trans+.

Bien que la Loi sur l’Anti-discrimination soit applicable en Allemagne, des discriminations et des agressions transphobes se produisent également en Allemagne. Malheureusement, il y a beaucoup de gens en Allemagne pour lesquels être transsexuel·le ou transgenre n’est pas « normal ». Une étude de 2012 montre que 73 % des hommes trans+ et 85 % des femmes trans+ ont été victimes de discrimination au cours des cinq dernières années.

Il existe différentes formes de discrimination auxquelles les personnes trans+ doivent faire face. Il s’agit, par exemple, des insultes, du fait de s’adresser à elles (de manière répétée) avec le mauvais pronom (misgendering), des questions sur les détails intimes, les agressions sexuelles et d’autres formes de violence.

Les procédures par lesquelles les gens doivent passer, par exemple pour obtenir des hormones ou un changement de prénom, peuvent être très stressantes pour les personnes concernées. Car ces procédures durent en partie très longtemps et sont onéreuses.

Faire face à la discrimination / Offres d’aide

Tu n’es pas seul·e !

Il existe de nombreuses possibilités d’obtenir de l’aide !

Si tu es victime de discrimination, il existe plusieurs possibilités de la gérer. Tu peux essayer de trouver toi-même un moyen de la gérer. S’il l’on te dit des paroles discriminatoires, tu peux essayer de les ignorer ou de faire semblant de ne pas les entendre. Si tu sais qu’il y a certains endroits où tu n’es pas bien traité·e, tu peux essayer de les éviter. Tu peux également trouver un environnement où tu te sentes à l’aise et où tu sois accepté·e comme tu es. Pour certaines personnes, ce sont des ami·e·s ou des parents. Pour d’autres, les groupes d’entraide ou d’autres groupes de personnes trans+ peuvent constituer un tel environnement. Tu y rencontreras des personnes qui ont vécu des expériences similaires aux tiennes et avec lesquelles tu pourras parler de tes problèmes.

Dans ces environnements et dans d’autres, tu peux également trouver des personnes qui peuvent t’aider et te soutenir. Il existe en outre des centres de conseil auxquels tu peux faire appel en cas de violence.

 

  1. Transition

Dans la section 1, nous avons déjà expliqué sommairement les étapes qu’une transition peut inclure. Nous décrivons ici plus en détail les étapes possibles. Mais cela ne signifie pas qu’il doit toujours en être ainsi. Parfois, les procédures prennent plus de temps ou des obstacles ou des problèmes surviennent. Malheureusement, nous ne pouvons pas expliquer ici en détail toutes les étapes possibles de la transition. Il est donc fortement conseillé d’obtenir du soutien pour t’accompagner dans ta transition. Un centre de conseil qui explique tout dans les détails et des personnes qui t’accompagnent émotionnellement le long de ton chemin peuvent être très utiles.

Conditions légales / Changement de prénom et d’état civil

La Loi sur les Transsexuel·le·s (« Transsexuellengesetz » ou TSG en allemand) est en vigueur en Allemagne depuis 1981. Cette loi permet aux personnes trans+ de s’assimiler légalement au sexe qui leur convient.

Cette loi est également applicable pour toi en tant que réfugié·e, si :

  • tu es en Allemagne en tant qu’« étranger·ère apatride »
  • tu résides en Allemagne en tant que réfugié·e bénéficiaire du droit d’asile ou « étranger·ère » ou,
  • il n’y a pas de réglementation dans ton pays d’origine comme la Loi sur les Transsexuel·le·s et tu as un droit de séjour illimité ou un permis de séjour extensible et résides régulièrement en Allemagne pour de longues périodes.

Si ta procédure d’asile n’est pas encore terminée ou si elle a été refusée, tu dois malheureusement attendre jusqu’à ce que tu obtiennes un permis de séjour dans le cadre d’une procédure (renouvelée). Cependant, tu peux démarrer les premières étapes pendant cette attente (p. ex. aller dans un centre de conseil ou chercher un·e thérapeute).

La loi réglemente principalement le fait que tu es en droit de changer ton prénom et/ou ton état civil dans tes papiers (inscription du sexe) et comment procéder. Pour pouvoir le faire, tu dois satisfaire aux exigences suivantes conformément à l’article 1 de la Loi sur les Transsexuel·le·s :

  1. Tu dois ressentir que tu appartiens à l’autre sexe depuis au moins trois ans et que tu as un fort besoin intérieur de vivre dans ce sexe.
  2. Il convient de supposer avec une forte probabilité que ton appartenance à l’autre sexe ne changera plus. Un tribunal vérifie si tu remplis ces conditions. Le tribunal demande la réalisation de deux expertises à cet effet. Ceci est critiqué par de nombreuses personnes trans+. Tu es en droit de proposer des expert·e·s à la cour. Pour des recommandations d’expert·e·s, il est préférable de faire appel à un groupe local. Les expert·e·s s’entretiennent avec toi et rédigent un avis incluant leur évaluation qui est transmis au tribunal. Le tribunal décide si ton prénom et/ou ton état civil peuvent être changés.

Tu as également la possibilité de ne changer que ton prénom et de ne changer ton état civil (inscription du sexe) que plus tard ou pas du tout. Si tu souhaites changer les deux, il est judicieux de demander les deux changements en même temps.

Il est préférable de t’adresser à l’un des centres de conseil trans+ pour obtenir un soutien et des informations plus précises. Les groupes d’entraide peuvent également t’aider.

La Loi sur les Transsexuel·le·s pourrait bientôt changer. Les nouvelles réglementations visent à faciliter le changement de nom et de sexe des personnes trans+. Pour de plus amples informations sur les développements en cours, il est préférable de contacter un centre de conseil ou un groupe d’entraide.

Depuis la fin de 2018, outre l’inscription du sexe « masculin » ou « féminin », il y a aussi l’inscription du sexe « divers » en Allemagne. Toutefois, cette option n’est pas ouverte à tous, mais principalement aux personnes inter+. Pour l’inscription du sexe « divers », tu as actuellement besoin d’un certificat d’un médecin attestant que tu présentes des « variantes de développement sexuel ». Cependant, cela pourrait bientôt changer.

Une bonne nouvelle : tu peux obtenir sans avis d’expert·e ou autre une pièce d’identité complémentaire (« Ergänzungsausweis ») auprès de l’association Deutsche Gesellschaft für Transidentität und Intersexualität e.V. (dgti). Le nom, le sexe et le pronom que tu as choisis toi-même y sont inscrits. Cette pièce d’identité est un soutien dans la vie quotidienne, mais ne constitue pas un document d’identité officiel.

Le site Web n’existe qu’en allemand. Pour de plus amples informations sur l’obtention de la pièce d’identité complémentaire et sur les fins pour lesquelles tu peux l’utiliser, il est préférable que tu t’adresses à un centre de conseil ou à un groupe d’entraide.

Possibilités d’adaptation / Prise en charge des coûts

L’adaptation de ton corps à ton « vrai » sexe et ton changement de prénom et d’état civil ne sont pas interdépendants. Tu peux décider toi-même si tu veux entreprendre toutes ces démarches ou non. Si tu souhaites uniquement suivre un traitement hormonal sans changer d’inscription du sexe, c’est totalement possible. Inversement, personne ne doit te forcer à subir une intervention chirurgicale si tu souhaites changer d’inscription de sexe et/ou votre nom.

Diverses possibilités sont offertes pour une transition physique :

Hommes trans+ :

  • Traitement hormonal (Testostérone)
  • Ablation des seins
  • Ablation de l’utérus, des ovaires et des trompes
  • Construction d’un pénis

Femmes trans+ :

  • Traitement hormonal (œstrogène)
  • Augmentation mammaire
  • Ablation des testicules et du pénis
  • Construction d’un vagin
  • Diminution de la taille du larynx
  • Adaptation chirurgicale de la voix
  • « Féminisation du visage »
  • Épilation des poils du visage au laser ou à l’aiguille
  • Transplantation capillaire

Par ailleurs, les femmes trans+ peuvent changer de voix grâce à un entraînement vocal. Même les personnes qui ne sont ni des hommes ni des femmes peuvent souhaiter ces mesures pour elles-mêmes. Elles peuvent également en bénéficier, mais cela est souvent plus difficile pour elles que pour les femmes trans+ et les hommes trans+. Il est préférable que tu te fasses conseiller et soutenir.

Beaucoup de ces mesures sont prises en charge par la compagnie d’assurance maladie. Si tu as un permis de séjour, tu es couvert·e par l’assurance maladie publique. Elle couvre les mêmes coûts pour toi que pour les ressortissant·e·s allemand·e·s. Si ta procédure d’asile n’est pas encore terminée ou si ta demande d’asile a été rejetée, tu ne peux malheureusement bénéficier que de soins médicaux limités. Par conséquent, le traitement hormonal peut ne pas être financé pour toi. Dans de nombreux cas, cependant, un traitement hormonal est accordé aux personnes sans couverture d’assurance complète. En cas de problème, contacte un centre de conseil qui pourra t’aider. Les groupes d’entraide peuvent également t’aider pour de nombreuses questions (voir section 4).

Traitement hormonal

Un traitement hormonal modifie ton corps. Le processus est différent pour chacun. En général, la forme du corps (graisse et muscles), la forme du visage et la peau se modifient. De plus, pour les hommes trans+ la barbe pousse et leur voix devient plus grave. La poitrine des femmes trans+ augmente et leur pilosité diminue souvent. Il est très important que tu discutes du traitement hormonal avec un médecin. Pour obtenir des hormones, tu as besoin d’une « indication », à savoir d’un diagnostic établi par un médecin, un·e psychiatre ou un·e· psychologue. Les exigences relatives à une indication ne sont pas définies avec certitude ; parfois, un seul rendez-vous peut suffire.

Tu ne dois pas payer toi-même les hormones que tu reçois, car elles sont prises en charge par la caisse d’assurance maladie.

Psychothérapie

Les coûts d’une psychothérapie liée à la transsexualité/transidentité sont couverts par la caisse d’assurance maladie. Une psychothérapie peut t’aider sur cette voie et est une base très importante pour une transition.

Les thérapeutes peuvent également rédiger le rapport dont tu as besoin pour que le changement chirurgical de sexe soit pris en charge par la caisse d’assurance maladie. Si tu sais déjà que tu le souhaites, tu dois en faire la demande au/à la thérapeute au début de la thérapie.

Changement chirurgical de sexe

Sous certaines conditions, bon nombre des chirurgies de changement de sexe que nous avons citées ci-dessus peuvent être prises en charge par la caisse d’assurance maladie. Les interventions qualifiées d’« esthétiques » par la caisse d’assurance maladie (notamment la féminisation du visage, la réduction du larynx et la transplantation capillaire) ne sont malheureusement pas financées. La question de savoir si l’augmentation mammaire est prise en charge dépend de la taille des seins que le traitement hormonal a permis d’obtenir.

Pour que la caisse d’assurance maladie prenne en charge une chirurgie de changement de sexe, tu dois satisfaire à plusieurs conditions préalables : tu dois prendre des hormones depuis au moins 6 à 12 mois, avoir fait l’objet d’un accompagnement psychiatrique et psychologique pendant au moins 18 à 24 mois et vivre dans ton « vrai » sexe depuis 12 à 18 mois (« test du quotidien »). Un·e thérapeute rédige une prise de position détaillée à ce sujet, un dit « rapport d’indication ». Ce document est envoyé à la caisse d’assurance maladie avec d’autres documents. Un organisme compétent, le service médical de la caisse d’assurance maladie (« Medizinische Dienst der Krankenkassen » ou MDK), établit, en général, une expertise afin de savoir si la mesure doit être prise en charge par la caisse d’assurance maladie. Les caisses d’assurance maladie prennent ensuite une décision sur la base de cette expertise.

Contacte impérativement un centre de conseil pour obtenir un soutien. Tu y trouveras des informations importantes et du soutien. Les groupes d’entraide peuvent également t’aider pour des nombreuses questions.

 

  1. Points de contact pour les personnes trans+

Dans la rubrique Organisations, tu trouveras une carte avec tous les centres de conseil et offres de groupe spécialisés qui s’adressent aux réfugié·e·s LGBTI.

Il existe de nombreuses offres différentes pour les personnes trans+ : centres de conseil trans+ avec des conseiller·ère·s professionnel·le·s, des conseils trans+ bénévoles et des groupes trans+. Les personnes présentes n’ont pas toutes de compétence précise en matière de fuite et d’asile, mais peuvent t’aider pour une multiplicité de questions sur la transidentité et la transsexualité, par exemple : À quoi puis-je remarquer que je suis trans+ ? Où puis-je obtenir des hormones ? Quels types d’opération existe-t-il et que dois-je faire pour cela ? Que puis-je faire si je suis victime de discrimination ? Tu peux en outre parler en toute tranquillité de tes désirs et tes craintes. Et, dans les groupes trans+, tu peux faire la connaissance d’autres personnes trans+ en toute tranquillité.

Si tu ne peux pas ou ne souhaites pas être conseillé·e en allemand, tu peux être accompagné·e d’une personne qui fera office d’interprète. Si tu ne sais pas qui emmener, demande conseil à un centre de conseil.

Malheureusement, les sites Web suivants sont principalement en allemand. Si tu ne parles pas encore très bien l’allemand, tu peux demander à une personne de confiance de t’aider pour la traduction.

Sur le site de la dgti, tu trouveras sous la rubrique Beratungsstellen des offres de soutien à l’échelle nationale qui disposent d’une expertise particulière dans le domaine de la transsexualité et la transidentité. Le Regenbogenportal donne aussi une bonne vue d’ensemble des offres à l’échelle nationale. Tu trouveras une compilation des points de contact pour les personnes trans*+ en Rhénanie-du-Nord-Westphalie (centres de conseil et groupes) sur le site Web du Netzwerks Geschlechtliche Vielfalt Trans* NRW e.V..

Autres sites Web, forums et groupes Facebook pour les personnes trans+ :

Sites Web :

Hormonmädchen

Gendertreff

Transsexuell.de

TransMann e.V. (pour les hommes trans+)

Forums :

Sur ces forums, tu peux échanger des idées avec d’autres personnes trans+ et y trouver de nombreuses informations.

Forum Gendertreff

Forum TransTreff

FTM-Portal (Forum pour hommes trans+)

NBForum (Forum pour personnes non-binaires)

 Groupes Facebook :

Tu peux aussi échanger des idées avec d’autres personnes trans+ dans des groupes Facebook fermés.

Transgender Germany – TGG

Deutschsprachige Enby / Non-Binary Menschen (pour les personnes trans+ non-binaires)

Transgender Support Circle (en anglais)

All transmen know each other (pour les hommes trans+, en anglais

 

Défiler vers le haut